Précurseurs de drogues : détournement anhydride acétique

10 07 2019
  • Juillet 2019

Un cas de falsification d’identité d’une entreprise belge visant à détourner 3000 litres du précurseur a été remonté aux autorités. Nous vous invitions à la plus grande vigilance et à contacter la MNCPC en cas de doutes sur une transaction ou des demandes d’information.

 

 

  • Avril 2017

La MNCPC a adressé un message d’alerte relatif aux risques de détournement d’anhydride acétique.

Depuis plusieurs mois maintenant, un nombre très important de tentatives de détournement d’anhydride acétique ont été constatées en Europe dont un cas avéré impliquant une société française.

L’anhydride acétique a de nombreuses utilisations industrielles mais il peut également être utilisé pour la fabrication illicite d’héroïne. Il est ainsi estimé qu’environ 500 tonnes sont nécessaires pour la fabrication annuelle d’héroïne en Afghanistan. Les organisations criminelles semblent aujourd’hui cibler les producteurs et distributeurs européens, via des sociétés écrans basées en Europe ou à l’étranger, afin de s’approvisionner en anhydride acétique et de l’expédier en contrebande vers la zone afghane.

La MNCPC demande aux entreprises d’être particulièrement vigilantes pour toutes leurs ventes d’anhydride acétique, notamment lorsqu’il s’agit de nouveau client (vérification de la licéité de son enregistrement et la légitimité de son commerce) ou lorsque la commande est inhabituelle (volume, mode de livraison…) et de leur signaler tout soupçon ou toute demande de vérification qui pourrait s’imposer.

Plus largement, la problématique des précurseurs prend de plus en plus d’ampleur en France comme nous le démontrent le cas récent d’un vol de pipéronal dans une société françaises, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps, ou les nombreuses et importantes saisies effectuées ces derniers mois par les services douaniers français et portant sur des précurseurs classés et non-classés (plus de 2,7 tonnes de précurseurs saisis en 2016 dont de très importantes affaires concernant du PMK et du BMK glycidates, substances sans utilisation industrielle connue).

Face à ces nouvelles menaces, la MNCPC diffuse le message suivant : « Si une opération vous semble suspecte, si vous avez un doute ou même si vous souhaitez simplement obtenir des conseils en la matière contactez-nous : mncpc@finances.gouv.fr et au 01.79.84.34.00. Je vous remercie par avance pour le renforcement de votre vigilance ».