Fonctions assurées

La commercialisation des diverses catégories de produits chimiques requiert, de la part des opérateurs :

  • différents niveaux d’expertise et de compétence,
  • une organisation adaptée aux fonctions assurées et aux domaines d’application visés,

qui ne rendent pas ces métiers interchangeables, et justifient leur raison d’être respective.

Les clivages traditionnels entre les différents opérateurs indépendants du Commerce Chimique s’estompent progressivement. En effet, de nombreuses sociétés, à la fois :

  • traitent plusieurs catégories de produits chimiques,
  • destinés à divers domaines d’application,
  • interviennent sur le marché national, comme à l’international,

et opèrent selon des modes qui relèvent aussi bien de la distribution que de l’intermédiation commerciale interentreprises :

A – Les Distributeurs

  • Répertoriés par l’INSEE en tant que « Commerce de gros (commerce inter-entreprises) de produits chimiques », sous le code NAF 46.75Z (anciennement 51.5L), ils achètent et revendent en leur nom et pour leur compte propre,
  • Ils gèrent une multiplicité de fournisseurs et de clients, ainsi qu’une large gamme de produits, offrant à leurs clients une alternative de choix.
  • Ils assurent la logistique de leurs produits (stockage, transport de livraison), parfois avec leurs seuls moyens propres, mais de plus en plus avec le concours de prestataires extérieurs.

Ils se différencient notamment par :

  • l’étendue de leur gamme de produits dans une ou plusieurs des trois catégories : commodités, spécialités ou chimie fine,
  • les caractéristiques des services associés à la mise à disposition des produits : entreposage, formulation de préparations, reconditionnement, livraisons fractionnées, collecte de déchets… et également conseils d’utilisation des produits,
  • la localisation de leurs implantations commerciales et d’exploitation, ainsi que leur rayon d’action (régional, national, voire international),
  • la composition de leur portefeuille de fournisseurs et de clients, aussi bien en France qu’à l’étranger,
  • les principaux domaines d’application visés : industries diverses, santé ou alimentation humaine ou animale… qui requièrent la connaissance des cultures sectorielles correspondantes.

B – Les Opérateurs Spécialisés du Commerce Inter-entreprises

Désignés par l’INSEE comme des « autres Intermédiaires du Commerce », sous divers codes NAF – notamment 46.12B (anciennement 51.1C), pour les produits chimiques – ils agissent pour compte de tiers, en leur nom propre, ou au nom de leurs commettants.

Ils interviennent :

  • soit de façon ponctuelle, sans contrainte de zone géographique, de type de clientèle, de nature de produits ou de marques,
  • soit de façon régulière et durable, le plus souvent dans le cadre d’un contrat de partenariat quasi exclusif, qui est davantage compatible avec la nature de ces produits et les compétences techniques requises.

Ils ont en commun d’habituellement sous-traiter leur logistique de stockage et de transport, et d’être rémunérés à la commission.

Ils se différencient par leur mode opératoire, qui les classe sous les diverses appellations ci-après :

  • Courtier : indépendant facilitant la mise en relation des acheteurs et vendeurs potentiels, en vue de transactions commerciales,
  • Commissionnaire à l’achat ou à la vente : opérant comme importateur ou exportateur, en son nom, mais pour le compte de ses commettants, avec éventuelle prise de risque financier (convention de « ducroire »),
  • Agent Commercial : agissant au nom et pour le compte de son mandant, national ou étranger, pour le représenter ou vendre ses produits, au travers d’un contrat – le plus souvent de quasi exclusivité – précisant les produits concernés, la nature de clientèle visée et la zone géographique concédée.

Raison d’être et valeur ajoutée

PARCE QUE :

  • l’offre et la demande ne se manifestent ni au même moment, ni au même endroit, ni en termes identiques, et nécessitent des « interfaces d’ajustement »,
  • l’optimisation de la production vise un maximum de standardisation, alors que la clientèle souhaite des réponses « sur mesures »,
  • les accès aux divers fournisseurs potentiels, aux différents débouchés possibles, aux produits alternatifs ou solutions de remplacement… requièrent des connaissances particulières,

PARCE QUE :

  • les opérations concernant les produits chimiques dangereux sont très étroitement réglementées, excluant toute improvisation en la matière,
  • la collectivité réclame de plus en plus de sécurité …

… ALORS,

les divers métiers du Commerce Chimique qui y apportent des réponses appropriées :

  • ont toute leur raison d’être,
  • et constituent de vrais métiers à part entière,
  • à forte valeur ajoutée :

en permettant à de multiples utilisateurs professionnels, d’avoir accès à des sources d’information et d’approvisionnements, dans des conditions et à des prix auxquels ils ne pourraient prétendre, compte tenu :

  • de leur taille et de leur localisation géographique,
  • des spécificités et des faibles volumes des produits recherchés.

Cette diversité et complémentarité de fonctions – entretenue par une concurrence dynamique au sein de ce secteur d’activité – permet à chaque entreprise cliente du Commerce Chimique de choisir librement le ou les partenaires susceptibles d’apporter les meilleures réponses possibles à ses attentes particulières.