Nanomatériaux Produits Produits & Application

Dioxyde de titane nano : une valeur toxicologique de référence définie par l’Anses

Dans un avis datant de janvier 2019, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a défini un seuil pour permettre l'évaluation des risques liés à l'inhalation chronique de dioxyde de titane (TiO2) nanoparticulaire : il a estimé que la valeur limite de référence (VTR) pour la forme P25 ne devrait pas dépasser 0,12 µg/m3. Il s’agit d’une première VTR française en ce qui concerne les nanomatériaux.   L'agence souligne que cette limite n'est toutefois valable que pour cette forme de TiO2 parmi les 350 formes répertoriées sachant qu’en l'état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’affirmer que le TiO2-P25 soit la forme la plus toxique de TiO2 nanoparticulaire par voie respiratoire (il existe plus de 350 formes répertoriées). Ainsi, l’extension aux autres formes de TiO2 nanoparticulaire nécessite un travail d’expertise.   Cet avis de l'Anses complète les recommandations du Haut Conseil de santé publique (HCSP) sur les mesures de gestion à mettre en œuvre pour protéger les populations riveraines de sites manipulant du dioxyde de titane à l'état nanoparticulaire, ainsi que des travailleurs sachant que selon les données issues de la base R-Nano, le dioxyde de titane sous forme nanoparticulaire est utilisé par de nombreux sites industriels en France.

Pour lire la suite et entrez en contact avec l’expert,
connectez-vous à votre espace adhérent

Pas encore de compte ? Devenez adhérent !



Mot de passe oublié ?

Dernières actualités

De commerçe & de la distribution chimique